x
C’est aujourd’hui !

L’AILE OU LA CUISSE

REVOLUTION CULINAIRE OU EVOLUTION TECHNOLOGIQUE, L’IMPRESSION 3D RAJOUTE UNE NOUVELLE COUCHE

La main de l’homme
Depuis toujours, la cuisine est élaborée à partir de produits naturels : légumes , fruits ,animaux et poissons qui sont découpés, façonnés, accommodés et cuits si nécessaire avec l’ajout d’ingrédients de saveurs. Le plaisir de travailler la matière, sa présentation et l’association de saveurs sont à la fois un contentement de soi et la sollicitation de tous les sens : goût, odorat, ouie, oreille et esthétique. Les interférences entre les sens sont multiples et parfois leur confusion inévitable. Mais elles déploient un imaginaire et un rapport à notre planète, en un mot la gastronomie.

La technologie des couches
Le 11 décembre 2014 s’est tenue à Liège la première Conférence de l’impression 3D alimentaire réunissant des fabricants et des nutritionnistes et le  5 mars 2015 , une conférence mondiale sur la vision experte en impression 3D.
En se basant sur la précision des imprimantes 3D, il devient possible de fabriquer des repas parfaitement équilibrés au niveau nutritionnel pour des catégories d’individus spécifiques  comme les sportifs de haut niveau ou les personnes souffrant de problème digestif ou d’allergie, mais également pour les enfants ou les personnes âgées et pour les personnes en situations difficiles (spationautes, soldats, alpinistes.)
Pour l’instant la technique se limite à la transformation de poudre de cacao et à la réalisation de plats simples en couches successives comme les pizza mais patience s’impose.

Le raisonné
En 2015 la tendance alimentaire est le retour au naturel et aux plats régionaux : moins de sucre mais le beurre est de nouveau fréquentable, le fast food  est à la française, les céréales en vedette, le choux règne en cuisine enfin l’amer rentre en grâce.
« L’usage est une longue mode, la mode est un court usage. Il n’y a que les chefs d’œuvre en tout genre qui échappent à cette tyrannie »  Larousse

Avec nos nouvelles pâtes farcies :  Tortelli à la fourme de Montbrison et aux noix du Dauphiné et Cappelletti à la mozarella, speck, tomate et origan, nous poursuivons sans chauvinisme la tradition du bon et joli manger. Nous sommes  fascinés par le génie créatif et aussi anticipatif de l’homme comme l’a si bien illustré le scénario désopilant mais prémonitoire du film l’Aile ou la Cuisse. Les batailles esthétiques sont désormais le cœur d'une guerre économique pour le contrôle des émotions et du goût ; espérons malgré tout que l’intérêt ne remplacera pas le plaisir, la vanité la volupté et que ce qui distingue ne réduira pas ce qui plait.

 

« Il faut avoir bien du goût pour échapper au goût de son époque. » Bercot

               

PIZZA IMPRIMANTES 3D EN QUATRE COUCHES                                        COTE DE BICHE ROSSINI PAR YANNICK ALLENO